» L’effata  » du coeur

3 ACTIONS POUR MIEUX ACCOMPAGNER ET S’ACCOMPAGNER EN CONSCIENCE 

PAR LOUISE BERGERON

 » L’effata  » du coeur    ( Effata: petit mot araméen qui signifie ouvre-toi) 

Dans mon cheminement personnel et dans l’accompagnement des personnes en deuil que je fais depuis plusieurs années, j’ai compris que je n’avais pas toujours une réponse satisfaisante à mes et à leurs questions.

images

Je me souviens de mes débuts lorsque j’accompagnais une personne dans son cheminement, je préparais à l’avance tout ce que j’allais lui dire et prévoyais les outils que je lui proposerais.

Imaginez mon désarroi lorsque l’entretien déviait vers autre chose que j’avais prévu…

Ne pas savoir ce qui s’en vient lorsque notre vie passe un  » mauvais quart d’heure  » est insécurisant et même angoissant.

Et après le départ de la personne je me posais mille questions:  » Ai-je bien compris ? Ai-je proposé le bon outil ? Ai-je oublié de lui parlé de telle ou telle chose que j’avais prévu ?

Quelle lourdeur je transportais !

Au fil du temps, j’ai appris à faire confiance. D’abord ME faire confiance: faire confiance aux ressources intérieures de la personne accompagnée et ensuite avoir foi en quelqu’un de Plus Grand que moi.

J’ai compris que nous portons, au coeur de notre être un espace où se loge une paix lumineuse, vivante, durable, que je nomme la spiritualité: le Coeur du coeur.

Comment j’y suis arrivée ? Par l’ouverture de mon coeur !

Comment peut-on ouvrir son coeur ? Il y a différents chemins. Le mien fut de faire un ménage intérieur et de choisir de ne rien retenir en moi.

Pour ouvrir mon coeur, j’ai dû désencombrer la porte qui y menait. Toutes les fausses croyances, les idées préconcues, les images déformées que j’avais de moi et en moi.

stock-illustration-56130586-isolated-love-symbol-with-lighting-open-doorEt je n’ai pas terminé… Il reste encore de la poussière mais elle ouvre…

J’ai choisi aussi de ne rien retenir, ni culpabilité, ni colère, ni frustration, ni ressentiment, etc. Ce qui est à refaire à chaque jour.

Les 3 actions que j’applique (du mieux que je le peux) dans ma vie et qui maintiennent l’effata de mon coeur:

  • Accueillir ce qui est (ne pas résister à ce qui est et le reconnaitre)
  • Le transformer (en me servant d’outils efficaces)
  • Laisser aller (lâcher prise, ne pas m’accrocher aux résultats. La Vie étant plus forte que moi.)

Ce que je trouve étonnant dans mon histoire est que ce que j’applique pour moi a radicalement changé ma façon d’accompagner les personnes.

Je ne prépare plus rien à l’avance: j’accueille, j’écoute, je propose des outils adéquats à ce qui est et (dans mon coeur), lorsque la personne repart après l’accompagnement, je la remet dans le Coeur d’Amour de plus Grand que moi, je laisse aller.

Je fais confiance en sachant profondément que cette personne a en elle toutes les ressources nécessaires pour traverser ce  » mauvais quart d’heure  » .

uMni0mCKb4_0Lx6O3SkGLFZcOX4

J’aime beaucoup cette affirmation de Marie de Hennezel :

 » Accompagner ce n’est pas donner quelque chose que l’autre n’a pas mais lui permettre

de se souvenir de ce qu’il est profondément.  » 

Quelle légèreté et quelle paix m’habitent alors !

 

 

 

 

Qui est Louise Bergeron ?

Capture d’écran 2016-05-25 à 17.13.26

Louise  a suivi la formation pour  » Accompagner en conscience  » dispensés par Line Asselin. Elle propose l’accompagnement de la vie et de ses deuils à la Maison Marie Élise au Lac Mégantic, Québec. Femme de coeur au service de l’Amour, Louise tend la main à ceux et celles qui aspirent à renaitre à l’épreuve en passant par le Coeur. Pour la joindre cliquez ici